Forum Nucléaire: « On n’est pas des dindons »*

L’information est un métier, voire même souvent un sacerdoce.

La publicité en est un autre, qui délivre une information correcte à un public donné.

La propagande en est un troisième, qui s’apparente le plus souvent à du commerce et rarement pour de bonnes raisons.

 

Faire le métier d’informer c’est soumettre à la critique le flot d’éléments qui arrivent chaque jour sur les téléscripteurs, fils infos, dépêches et autres comptes Twitter. C’est interroger celles-ci, en soupeser la pertinence, les trier et les classer, ‘en extraire la substantifique moelle‘ comme disait mon vieux maître. C’est également chercher à dénicher l’information manquante, celle qui fait prendre sens, illustre le propos ou permet de comprendre plus complètement, plus rapidement. C’est enfin rencontrer les bonnes personnes, les interviewer au mieux en préparant le job, en sachant débusquer l’info. C’est, pour terminer, donner à connaître cette information au plus grand nombre par le ou les canaux adaptés. A l’heure du web 2.0, c’est aussi recueillir les questions des citoyens, leur apporter votre éclairage, votre expérience, votre connaissance du dossier.

Ce n’est PAS ce que fait le Forum Nucléaire.

Faire le métier de publicitaire c’est donner à connaître au grand public des biens et des services dont il ignore l’existence ou les conditions d’accès. C’est comprendre ce bien ou service, en distinguer les avantages absolus et avantages concurrentiels, mettre en scène ces avantages et délivrer cette information au moyen des canaux les plus adaptés. C’est aussi conseiller son donneur d’ordre sur la meilleure manière d’atteindre ses objectifs. C’est une activité à questionner en ce qu’elle investit l’espace public et encourage la (sur)-consommation, mais qui n’est pas déshonorante en soi.

Ce n’est PAS ce que fait le Forum Nucléaire.

 

Ce que fait le Forum Nucléaire, institution financée par des groupes énergétiques bien connus pour leurs activités en la matière que sont entre autres Areva, EDF et Electrabel, c’est désinformer délibérément le grand public en pratiquant l’amalgame. C’est, au nom d’un client qui se trouve être le lobby nucléaire, mélanger habilement vérités, semi-vérités et contre-vérités au milieu d’une communication simili-ouverte pour promouvoir une énergie donnée. C’est enfin, via des campagnes grand public à l’orientation éhontée, chercher à prendre les citoyens pour des cruches. C’est affirmer expressément que ceux-ci doivent se réjouir d’être les dindons d’une farce qui n’a que trop duré. Les belges sont rackettés à longueur d’années par des producteurs d’électricité alors qu’ils ont déjà contribué à payer le parc nucléaire belge.

On cherche aujourd’hui, en jouant sur leurs peurs, en jouant sur la corde sensible, en les désinformant la bouche en cœur, à leur faire croire que le nucléaire est une solution d’avenir! Les producteurs d’énergie croient-ils réussir là où l’industrie du tabac ou de l’alcool ont échoué?

Simplement en appelant Forum ce qui n’est rien d’une qu’une plate-forme sectorielle technocratique avec des missions de communication?

Foin d’animaux à plumes: ils nous prennent pour des cons!

 

Voici une belle riposte, un questionnement sur la méthodo, une analyse circonstanciée en la matière et une somme d’infos, articles et sources en la matière.

 

 

* librement inspiré du titre d’une émission du service public sur la consommation.

Un site de Cédric Lemaire