Les 15 questions du 10e candidat à… Virginie Godet, 13e sur la liste.

Petite biographie non-exhaustive, pour commencer:

Virginie Godet, 37 ans. Historienne de formation (de la secte des médiévistes ;-)). Écologiste, féministe et emmerdeuse notoire. Cultive l’art de la question naïve. Gourmande de livres et de petits plats. Née au Royaume de Glaude 1er (Andenne). Vit à Liège depuis 18 ans. A Grivegnée, précisément, depuis 13 ans. Mariée, 3 sales (et merveilleux) djônes ^^.

Blogueuse, aussi: mon blog « Modèle non-conforme« .

 

1. La question qui tarabuste:  Changer Liège, est-ce possible?

Franchement? Oui, c’est possible. Pour ça, on a besoin de l’adhésion de la population, et de sa participation. Chaque personne est experte de son quotidien. Pour poser des diagnostics, et apporter les bonnes solutions, on a besoin de l’avis des citoyens. Déjà rien que ça, c’est pas un sacré changement?

2. La question qui chatouille: Ecolo, c’est le cdH en à peine moins mou non?

Non, sinon je n’y serais pas =D!

 

3. La question qui fait mouche: Plus besoin d’écolos pour faire de l’écologie, maintenant?

Si, parce que l’écologie, ça ne consiste pas à écrire ou dire « durable » toutes les trois phrases. C’est un état d’esprit, un mode de vie, une certaine cohérence. Et une cohérence certaine. Alors, tant qu’à faire, autant choisir l’original.

 

4. La question tout proche: Quand tu dis à tes amis que tu sera candidats aux élections communales sur une liste Ecolo, ils en pensent quoi ?

« Il était presque temps ». Même si j’ai aussi entendu des « Je te verrais mieux à l’Europe »… Mais bon, comme j’aime le concret et ce qui est visible vite.

 

5. La question qui tue (la question du démocrate): T’as une phrase pour me convaincre de voter Ecolo, sinon je vote pour un extrême! Alors?

Voter pour les extrêmes, c’est s’opposer, voter Ecolo, c’est proposer.

[NdQ: waow, c’est presque du Mohammed Ali]

 

6. La question sur le projet: Si on te donne carte blanche sur un projet, un budget à allouer, tu fais quoi?

Ouille, je dois vraiment choisir? Alors je dirai mettre un bon coup sur les infrastructures sportives: des douches qui fonctionnent, des locaux sains et chauffés, et ce pour tous les sports. Accessibles facilement en transports en commun. On voulait un centre pour les élites, mais on va les chercher où, les élites, si on ne commence pas d’abord par les petits clubs?

 

7. La question politique: Ecolo dans une majorité à Liège, pour quoi faire?

Pour que nos propositions aboutissent. Pour que nos envies pour « Liège, en mieux » avancent, nous devons être dans la majorité. Notre projet est bon (sinon, je ne le porterais pas). Je crois vraiment qu’Ecolo est un parti qui a toute sa place dans la gestion d’une commune.

 

8. La question qui fâche: Ecolo c’est un truc de has been non?

« Mieux vaut être has been que never been ». Et de toute façon, non, ce n’est pas le cas.

[NdQ: Mohammed Ali, sors de ce corps =D]

 

9. La question NTM: Hé là M’dame, m’dame! Pourquoi tu fais d’la politique?

Un jour, dans mon jardin, j’ai entendu des voix… Euh, non. Difficile à expliquer… Je viens d’une famille où s’engager, c’est naturel. Sans dire que je suis tombée dans la politique quand j’étais petite, j’ai baigné dans un climat d’engagement, donc. Et c’est venu de fil en aiguille: la patro, l’antenne-école d’Amnesty, les grèves étudiantes, l’altermondialisme, le féminisme, un passage par la gauche révolutionnaire. Et comme je suis une impatiente, et que la révolution n’arrivait pas, j’ai choisi le parti qui portait des valeurs et un projet auxquels j’adhère: Ecolo.

Aussi une chose importante: s’il y a bien une chose que m’ont apprise mes études d’histoire, c’est qu’il n’y a rien d’écrit à l’avance, et que les humains ont en eux la capacité de changer les choses, s’ils le veulent.
10. La question personnelle du 10e candidat: Qu’est ce qui te fait t’investir autant? C’est quoi ta « bonne » raison d’avoir envie de faire de la politique? 

« Si tu trouves que le monde est moche, retrousse tes manches pour le changer ». Je trouve plein de choses tellement injustes, tellement graves… je ne peux pas rester les bras ballants, le cul sur ma chaise à râler. Puis j’ai trois gamins, et c’est ma responsabilité de leur construire un bel avenir. Pour eux, et tous les autres. Enfin, sans vouloir tomber dans le pathos, il y a une promesse que j’ai faite à mon amie d’enfance, Isabelle, qui est morte il y aura bientôt deux ans. Elle a le droit de venir me réveiller la nuit si je ne suis pas à la hauteur.
11. La question culte: Quel est ton nom? Quelle est ta quête? Quelle est ta couleur préférée? [Sacré Graal]

Virginie Godet!

Une société qui permette à toutes, tous, chacune, chacun de s’épanouir…

Le mauve (rien à voir avec le foot, j’aime le mauve parce que c’est beau).
12. La question de Euro/JO: Jusqu’ici tu penses qu’Ecolo fait un bon match? Et toi, tu te sens bien dans ton numéro 13?

Clairement, on a de bonnes idées, un bon projet, mais on n’occupe pas encore assez le terrain.Il est temps de se déployer. Quant à mon numéro 13, un sage m’a dit que c’était celui (celle, en l’occurrence) qu’on balançait plein fer pour faire des dégâts, au rugby [NdQ: le 13 est le 2e centre, en rugby]. Ce qui va bien avec mon tempérament de sabreuse: pas de quartiers, plutôt des tranches!

 

13. La question Liège 2017: Liège 2017, tu soutiens? Comment et pourquoi?

Pour le moment, j’ai surtout soutenu en signant, et en promouvant sur le web. Mais c’est un fait que cette exposition serait une réelle opportunité pour Liège, tant  pour son rayonnement à l’étranger que pour les emplois qui pourraient être créés, en amont pour la phase de préparation, et pendant tout le temps de l’événement. Donc, les gars, les gattes, il faut jouer l’adhésion citoyenne, et on va retourner les Kazakhs (oups, il fallait bien que je fasse au moins un jeu de mot pourri).

[NdQ: voilà, c’est fait ;-D]

 

14. La question du fêtard : T’es plus apéro carabiné, souper entre amis, concert rock ou goûter en famille ?

Les 4, mais pas en même temps!

 

15. La question « Pascal Vrebos »: Met sur un podium de 3 places Christine Defraigne, Willy Demeyer, Michet Firket et Bénédicte Heindrichs… Tu peux justifier…

La place n°1 pour Béné. Et puis c’est tout. Me justifer? Ah non, j’essaie justement d’arrêter.

 

15’. Une dernière pour la route ? Qu’est ce qui te manques dans cette campagne jusqu’à présent?

Là, on a beaucoup réfléchi, beaucoup bossé en interne. Alors j’ai envie d’enfin aller au contact des gens. J’aime faire les marchés, discuter, expliquer. Et puis, je n’ai encore que deux soirées Tupper Vert prévues. Avis aux amateurs.

[pour les contacts, avec ton n°13, je gage qu’il y en aura!]

 

Merci Virginie!! A bientôt en campagne, sur des dossiers qui te tiennent à coeur…

Un site de Cédric Lemaire