Débat au Comité de Quartier St Léonard du 27 Juin 2012 (partim)

Vous trouverez ici un tout petit résumé du débat des têtes de liste organisé par le Comité de Quartier St Léonard à la Brasserie Haecht. Celui-ci est malheureusement tronqué (je n’ai pu assister à la fin, on avait besoin de mes bras à la maison pour bercer la petite dernière…) et forcément partisan, même si je m’efforcerai de traiter chacun avec respect… Le CQ avait prévu dans un premier temps une présentation de chacun en 4 minutes, puis une salve de question rédigées par le public présent (on a commencé à 55, on était probablement 75-80 quand je suis parti…), une question « vache », d’autres questions, puis débat avec le public… J’ai dû m’éclipser après la première salve de questions.

En présence, dans l’ordre alphabétique et avec quelques mots sur les sensations qu’ils/elles m’ont laissé pendant l’heure et demie de débat à laquelle j’ai pu assister:

Willy Demeyer, tête de liste PS. Attendu par ailleurs (présentation de la liste PS), il a déroulé (en lisant) sa fiche sur le bilan de législature pour le quartier. Pas mal de choses de faites, rien de très spécifique au quartier en tant quel tel pour les perspectives de législature 2013-2018, si ce n’est l’annonce de la transformation de celui-ci dans les années qui viennent avec le Tram et Liège 2017. La question vache et quatre autres du public (vu son départ, M. Demeyer a tout fait d’un coup puis est parti – donc pas d’interactions) ont questionné la « tornade blanche », assez opportuniste et sans effet à long terme, si ce n’est d’avoir blessé durablement l’amour-propre (et le portefeuille) des riverains qui se sont sentis agressés par la pluie de PV qui se sont abattues sur le quartier. La réponse fut pour l’essentiel celle-ci: concertation à venir Commissariat + Comité de Quartier et création de places de parking réservées aux riverains. Une habitant de Jonruelle pointa quand même, ulcérée, une promesse identique vieille de dix ans…

Christine Defraigne, tête de liste MR. N’ayant pu préparer son allocution elle étala dans les grandes lignes et non sans brio le programme libéral pour Liège. La question vacharde fut l’interrogation de La Meuse sur sa si bonne mine et l’action de Photoshop pour sa photo électorale. Outre un photographe du quai Bonaparte, Mme Defraigne signala avoir déjà beaucoup, comme femme, subit de goujateries et ne plus s’émouvoir pour chacune d’entre elles.

Michel Firket, tête de liste  cdH. Fit preuve, dans le déroulé du bilan de législature, d’un beau talent de bateleur, de ceux qui vous vendent casseroles et articles de ménage sur la Batte. La question vache portait sur la remise en cause en Justice (et au final la condamnation) d’une condamnation pour contravention au règlement communal de la Ville pourtant voté a l’unanimité. Ceci donna l’occasion d’une belle passe d’arme « seul contre tous » qui ne fut que la première… Sa présence il est vrai régulière auprès du CQ St Léonard tout au long de la législature fut l’occasion de se prévaloir d’une politique de concertation avec les quartiers.

Raoul Hedebouw, tête de liste PTB. Commençant par se féliciter et remercier le CQ pour l’invitation, ses priorités étaient simples et clairement exprimées: du travail et des logements. Le premier en remettant en cause l’économie de marché, la seconde en promouvant une société de logement public à même de créer des logements sociaux. La question vache, qui était à vrai dire surtout une occasion de briller, portait sur la différence entre « extrême gauche », réfuté par le PTB et « extrêmement de gauche », revendiqué tel, c’est-à-dire à gauche de la gauche institutionnelle.

Bénédicte Heindrichs, tête de liste Ecolo. Insista sur la participation avec les citoyens, dans tous les quartiers (à St Léonard, et ailleurs…) pour faire aboutir les projets de manière concrète et l’importance de la question du logement, via la création de logement publics et aussi l’encadrement du locatif privé. La question vache portait sur sa « position » (sic =D) au sujet de l’Eros Center, et fut aussi l’occasion de briller, en assumant son pragmatisme sur l’existence du métier et l’importance de permettre de l’exercer dans des conditions décentes et en dehors des réseaux de proxénétisme. Rappelant au passage que depuis 2009 et les fermetures des rues de l’Agneau et du Champion, les filles avaient soit plongé dans la clandestinité (conditions de travail indignes, proiues faciles pour les réseaux…) ou migré vers Seraing, faisant exploser les loyers des salons…

La première question générale concernait les incivilités et l’insécurité. Christine Defraigne nous ensevelit sous les chiffres de la criminalité (elle connaît manifestement le dossier) pour aboutir à la nécessité de faire cesser l’impunité, l’importance d’une réponse adaptée du judiciaire en plus de la réponse administrative (agents constatateurs/sanctionnateurs). Raoul Hedebouw remit en question la notion d’incivilité (se garer devant chez soi en faisant attention aux passants vs parking bloquant la circulation, par exemple). Michel Firket rappella l’importance et justifia le rappel à l’ordre, en essayant de relativiser la polémique du toute boite de l’Echevin Schroyen (avec photos…) sur les amendes encourues en cas de contravention à la propreté publique. Bénédicte Heindrichs fit le lien entre incivilités, prévention et question sociale, rappelant l’opportunisme (et l’inefficacité) des opérations dites « tornade blanche », au détriment de l’action dans la durée.

Trois questions (dont deux de votre serviteur) sur le quartier spécifiquement ont été posées, sans obtenir de réponse précise dans le temps de parole imparti:

– quid de la suite du projet SUN? Dommage de ne pas avoir eu le sentiment de nos édiles là-dessus, ce projet ayant permis de nombreuses réalisation dans le quartier: isolation, végétalisation de toitures et façades, enquêtes auprès des citoyens sur les manques du quartier, etc… Tout le détail ici.

– quel avenir pour l’ancienne Caserne de la rue St Léonard, appelée à être vidée à court terme? Les tronches (sorry du terme) interrogatives de Mme Defraigne (sur un dossier Police et donc Sécurité…!) et M. Firket faisaient peine à voir, quel énorme fail !! Raoul Hedebouw et Bénédicte Heindrichs savaient manifestement de quoi il s’agissait sans avoir l’occasion d’en dire un mot. Cette dernière avait cosigné avec moi un communiqué de presse repris notamment par La Libre-Gazette de Liège (avec réaction du Bourgmestre). Infos détaillés dans mon article du 20 mars sur ce site.

– a-t-on des nouvelles du refus d’autorisation des Sundays Roots Days organisés par Albalianza, et de la pétition qui circule pour leur maintien (plus de 500 signatures en quelques semaines)? Ici c’est carrément un « nelson’s epic fail«  pour Mme Defraigne et M. Firket qui ne voyaient de nouveau pas de quoi on parlait… On voit à quel point des enjeux de quartier sont au cœur de leur campagne (qu’on me permettre de persiffler ici, à défaut de juger). Pour info et vu l’absence de réaction, ces Rootsdays migreront en Outremeuse, à St Luc pour être précis: tant mieux pour nos amis de l’Île et tant pis pour le quartier Nord =(… Mais on traversera le pont, promis!

J’avais aussi demandé, en question spécifique à M. Firket, ce que comptait faire le Minsitre cdH Di Antonio au sujet de « Wallonie Cyclable », lui dont l’inaction me naçait gravement le projet? Ceci faisait suite à l’action anti-liégeoise du Ministre cdH André Antoine à la Région Wallone (120 millions d’euros rabotés au projet de Tram, captation du projet de centre sportif de haut niveau au profit du Brabant Wallon)? Je mentionnais dans cette question l’appel de la locale de Liège du GRACQ… Je ne sais pas si la question a été posée, je ne préjuge donc pas de la réponse, nous verrons le 1er juillet ce qui fut fait, ou pas!

 

Je ne doute pas que le Comité de Quartier fera un compte rendu circonstancié de ce débat, dont je ne manquerai pas de me faire le relais. N’hésitez pas à commenter en cas d’oublis majeurs ou erreurs manifestes, je corrigerai dans la mesure du possible ou répondrai en commentaires. Il est donc disponible! Sur le site du CQ (cf ci-dessus), cliquez sur le compte-rendu de juin pour le télécharger!

Un site de Cédric Lemaire