Les questions du 10ème candidat à …Julien Vandeburie, 38ème sur la liste

Bio XPress:  Né à Tournai en juin 1980/en amour à Liège /conseiller énergie & climat pour Ecolo, pour plus d’info. Passionné par son boulot mais aussi par le vin, le rugby et la géographie [NdQ: tchû, ça me parle =P]. Amoureux de sa compagne enseignante, heureux papa d’un garçon de 3 ans et d’une petite fille juste après la campagne. Je fais de la politique parce que je rêve d’un monde meilleur.


1. La question qui tarabuste: Changer Liège, est-ce possible? Vraiment t’ y crois ?
Tout est toujours possible quand on le veut et qu’on s’en donne les moyens. On ne changera Liège qu’en ayant un projet global et intégré. Mais ce ne se fera pas du jour au lendemain.

2. La question qui chatouille:  T’es candidat de soutien, tu penses apporter quoi en 38e place ? C’est une candidature symbolique ou tu tiens à porter un projet, une idée, une question de société particulière ?
Je tiens à apporter à la liste Ecolo un soutien technique lors de la campagne via mes compétences mais aussi aborder avec les électeurs des questions concrètes comme leurs factures d’énergie.

3. La question qui fait mouche: Plus besoin d’écolos pour faire de l’écologie, maintenant? C’est quoi ton constat d’expert énergie ?

Que du contraire ! Quand les autres partis font de l’écologie, ce n’est que du vernis, ils ne remettent pas en cause l’épuisement des ressources, de la planète, des hommes. Les Ecologistes proposent des solutions qui permettent de vivre ensemble, durablement. En matière d’énergie, je constate que les autres partis sont dans la logique de toujours plus : plus de renouvelables, ok mais pourquoi autant de nucléaire ? Plus de tram mais pourquoi autant de parking pour les voitures ?

4. La question toute proche: Quand tu dis à tes potes que tu seras candidat aux élections communales sur une liste Ecolo, ils disent quoi ?
On se demandait quand ça allait arriver !

5. La question qui tue (la question du démocrate): T’as une phrase pour me convaincre de voter Ecolo, sinon je vote pour un extrême! Alors?
Nous sommes engagés mais pas extrêmes : nous privilégions l’adhésion à notre projet en l’expliquant au mieux. Les changements sont possibles et durables s’ils sont désirés.

6. La question sur le projet:  Si on te donne carte blanche sur un projet, un budget à allouer, tu fais quoi?
Introduire un indice de durabilité : chaque décision du collège communal devra faire l’objet d’une évaluation pour voir si cette proposition est porteuse à long terme et si elle est une solution à un problème ou une idée génératrice de bien-être pour toutes et tous.

7. La question politique: Ecolo dans une majorité à Liège, tu crois vraiment que ça va changer ta vie et celles de tes voisins de Grivegnée ?
Ca me paraît couler de source ! Mais attention, on va pas pour autant habiter sur une autre planète. Des changements seront visibles pour toutes et tous (par exemple en termes de gouvernance, de participation citoyenne) et d’autres se feront plus discrets (gestion du budget, procédures de contrôle et d’évaluation des politiques menées par la Ville). Mais ce qui est sûr, c’est qu’Ecolo ne participera à une majorité que pour améliorer le bien-être des citoyens.

8. La question qui fâche: Ecolo c’est LE choix quand on est jeune, actif, parent d’enfants en bas âge ?
Ecolo c’est LE choix de l’avenir, qui que l’on soit, d’où que l’on vienne. Nous ne sommes plus un parti de niche, nous défendons l’intérêt général, celui de tous les citoyen-ne-s !

9. La question NTM: Hé gars, pourquoi tu fais d’la politique?
Parce que j’ai rêvé d’un monde meilleur et que je pense qu’agir sur les décideurs, c’est ce qu’il faut pour transformer notre société vers une société plus durable, humaine, solidaire.

10. La question personnelle du 10e candidat: Qu’est ce qui te fait t’investir autant? C’est quoi ta « bonne » raison d’avoir envie de faire de la politique?
La conviction que ce n’est pas en restant sur le côté qu’on va monter dans le train ou que ce même train va démarrer. Quand on rêve et qu’on a envie que ce rêve se réalise, on y met l’envie, les moyens. Mon rêve c’est qu’on vive dans une société plus juste, plus durable. Pour ma famille, mes amis, mes voisins, tous les habitants de la même planète que la mienne.

11. La question culte: Quel est ton nom? Quelle est ta quête? Quelle est ta couleur préférée? (Sacré Graal)
Mon nom n’est pas facile à prononcer mais bien facile à écorcher. Wallon d’origine flamande, tout ça de l’ouest de la Belgique, me voilà arrivé à Liège en ayant étudié à Bruxelles. Je travaille à Namur et j’ai épousé une Carolo rencontré à Spa. Que suis-je à part un Belge ?

Ma quête est celle du bonheur. Des bonheurs simples de tous les jours : jouer avec ses enfants, échanger avec son amoureuse, bien manger et bien boire, avoir le juste sentiment du travail accompli. Mais aussi de mettre en place les conditions du bonheur en agissant pour une société plus juste, plus durable.

Ma couleur préférée : vert turquoise.

[NdQ: qu’en voilà de bien sérieuses réponses ;-)]

12. La question Euro/JO: Toi qui a joué au rugby, dans cette campagne tu te sens plus première ligne « dans le tas et faire du dégât », 3e ligne aile « le premier qui passe je le plaque », ailier pour marquer les essais ou arrière pour transformer les essais ?

J’ai quasi toujours joué à l’aile. Rempart de défense, finisseur. C’est vraiment mon rôle dans cette campagne : préparer les arguments, aider chacune-chacun à aller débattre sur des sujets que je maîtrise mais aussi apporter mon expérience professionnelle dans l’éventualité de construire un programme de majorité.

13. La question Liège 2017: Liège 2017, tu soutiens? Comment et pourquoi?

C’est une bonne idée même si je m’interroge toujours sur le financement de tels projets. En tous cas, je suis très heureux d’un effet collatéral : un forum entre les forces vives liégeoises, de véritables débats avec la société civile. Ca manquait…

14. La question du fêtard : Tu viens de loin… On reste à Liège pour l’ambiance, la fête, ou quoi ? Tu connaissais le côté festif des liégeois avant d’y vivre, ou pas ?

Une de mes premières rencontres avec Liège, c’est à l’occasion du 15 août. J’y suis venu car c’est une ville qui n’est ni trop grande ni petite, qui offre de tout dont sa part de mystères. Un agréable compromis entre Bruxelles et Tournai ;-)!

15. La question Pascal Vrebos: Met sur un podium de 3 places Christine Defraigne, Willy Demeyer, Michet Firket et Bénédicte Heindrichs… Tu peux justifier…

1. Bénédicte : verte, proche des gens et bien entourée par nous tous !

2. Christine Defraigne : assurément un style différent chez les libéraux, apparemment plus souple. A suivre…

3. Willy Demeyer : il m’a bluffé avec ses déclarations contre l’étalement urbain mais bon, l’essentiel des autres socialistes continuent à s’opposer aux noyaux d’habitat. A quand un exposé à l’université d’été du PS ?

15’. Une dernière pour la route ? Ca va les habits de candidat ? Convaincre, transmettre l’expertise et aussi prendre en compte des question très prosaïques de nos concitoyens ?

Pas de stress. Je suis rodé aux soirées-débats sur le nucléaire, renouvelables, factures d’énergie…  Oui, vous l’avez bien lu, je peux vous aider consommer moins d’énergie et à la payer moins cher !

Un site de Cédric Lemaire