Urbex à l’Institut Montéfiore, patrimoine en péril

DiptyqueNB

Mon souci du patrimoine au sens large et mon goût pour la Ville en particulier m’amènent souvent à lever le nez, regarder les vieilles pierres et imaginer leur vie passée, présente ou future, si je ne la connais pas; à vouloir les préserver ou leur rendre un rôle social, aussi…   J’ai découvert « Montéfiore » (pas celui des électriciens et électroniciens du Sart Tilman, mais bien l’Institut qu’ont fréquenté des générations durant leurs devanciers, futurs ingénieurs liégeois…) il y a une quinzaine d’années, en arpentant la Ville de Liège et surtout en y visitant des amis qui étudiaient à « Lambert Lombard », l’institut d’architecture public (enseignement officiel) qui faisait pendant à St Luc, avant que tous ne fusionnent avec l’ULg.

.

« Ne prendre rien d’autre que des images, ne laisser rien d’autre que des traces de pas »

 

MontefEscaQP

Je me suis rendu compte tout récemment que cet ensemble de bâtiments, bâtis  à la fin du XIXe siècle et classé au patrimoine wallon, se dégradait rapidement: inoccupation, déprédations et vols (vandalisme), squats peu respectueux et usure du temps, intempéries mettent l’édifice en péril, c’est pourquoi j’interroge ce lundi 28 septembre 2015 le Collège Communal de Liège sur le sujet (on verra pour la réponse, mais vous pouvez lire mon interpellation ici et les autres interpellation du jour ici). J’ai surtout eu l’occasion d’accompagner deux photographes liégeois en « Urbex », cette pratique photographique qui consiste à visiter des lieux abandonnées, vierges ou inexplorés pour en retirer des images rares et bien souvent hors du commun.

Cette pratique – Urban Exploration – et les photos qui en découlent respectent profondément le patrimoine, le valorisent et aident parfois à le sauver via des photos spectaculaires ou alarmantes, en les remettant au rang des prioritésC’est donc une démarche artistique complémentaire de mon approche « politique » qui consiste à interpeller les pouvoirs publics sur des bâtiments en déshérence et en danger, mais ce sont avant tout de très belles images dues à des artistes de talent, que vous pourrez trouver in extenso et en haute résolution ici (GALERIE FLICKR COMPLETE). Pour ma part je me contente d’illustrer le propos avec quelques images évocatrices, chargées de sens ou édifiantes même si elles sont dépourvues d’un quelconque intérêt esthétique. 

MontefEntréeQP

Si leur qualité est suffisante, j’ajouterai dans les jours qui viennent des vidéos permettant de mieux saisir l’évolution des lieux, sauf si je bénéfice d’un procès d’intention en bonne et due forme pour m’en dissuader  (le lieu étant il est vrai aujourd’hui une propriété privée et je ne peux augurer de la réaction des autorités à ce reportage…

 

Il n’est pas trop tard mais il est temps

 

L’ensemble m’a paru moins irrémédiablement atteint que je ne le supposais, je craignais à vrai dire que la boule de démolition soit in fine le destin des lieux, or à part quelques (nombreux) 

plafonds, toitures abîmées, zincs arrachés, l’ensemble reste debout et globalement sain; le bâtiment à gauche de l’entrée monumentale étant même en très bon état. C’est une chance, mais les faits restent têtus: ce bâtiment doit être protégé à très court terme, réaffecté et réutilisé à moyen terme, a priori dans sa fonction de toujours, celle d’accueillir des étudiants. Sans quoi un jour les intempéries achèveront leur travail de sape ou un incendie accidentel viendra ruiner l’ensemble…

Je précise, si c’était nécessaire, que je ne suis ni architecte ni ingénieur, et que donc mon impression n’a aucune valeur technique – à la limite, comme historien de formation, c’est uniquement sur la fonction et l’esthétique des lieux que je peux émettre un avis digne d’intérêt. En attendant, Ville, Université, Communauté Française doivent prendre le dossier à bras le corps… 

Je parierais bien, aussi, sur la mobilisation des anciens de Lambert Lombard et des ingénieurs de « Montèf », pour une bonne et simple raison: on est tous nés quelque part.

 

 

 

NB: un clin d’oeil à quelques anciens qui ont perdu de longues heures et forgé d’immortelles amitiés dans cette cafet’… #ISALLCafet by QlB

Un site de Cédric Lemaire