Archives mensuelles: novembre 2019

Rehausses d’immeubles – interpellation au #ccLiège du 30/10/2017

Rehausses et surélévations à Liège: l’avenir du “foncier aérien”

M. l’Echevin,

Le dernier conseil en date nous a vu briser quelques lances concernant la vision du Collège en matière d’urbanisme, d’aménagement du territoire et de patrimoine. Je ne vous surprendrai pas en interpellant, sur un mode à la fois positif et propositionnel, qui a trait à ces trois thèmes.

On s’interroge beaucoup de nos jours sur comment bâtir de l’ordre de 15000 nouveaux logements en une dizaine d’années en région liégeoise, sur comment préserver les espaces verts, sur comment préserver et valoriser le bâti ancien du centre historique…

À cet égard nous disposons sans bien l’identifier d’une ressource foncière abondante, bon marché, idéalement située et parfaitement desservie par les équipements modernes, il s’agit des dessus d’immeubles anciens comme plus récents que l’on dote de « rehausses », « exhaussements » ou « surélévations » de plusieurs étages.

Y construire coûte beaucoup moins cher au m2 que des immeubles neufs (ni démolition ni foncier à financer), avec de nouveaux biens de grande valeur. Cela renforce l’attractivité des immeubles sans les dénaturer ainsi que des quartiers qui les abritent (centraux comme péri-centraux). Cela préserve les espaces verts et l’environnement via une isolation accrue (déperditions = 40% par la toiture!).

Mes questions sont dès lors les suivantes:

1. La Ville compte elle adopter un attitude positive et proactive quant à ce genre de projets: soutien, études, publications ou co-publications à l’attention des architectes, ingénieurs en stabilité, particuliers et professionnels de la construction?

2. La Ville, en ce compris RCA et CPAS, compte elle mener une politique ambitieuse et exemplaire via ses propres biens: dénombrement précis des biens à haut potentiel, liste de priorités, plan d’actions phasé et daté?

Merci d’avance pour vos réponses,

Bien à vous,

Quentin le Bussy pour le groupe Ecolo

L’image contient peut-être : ciel, voiture et plein air

Dossier Bois d’Avroy/Bois l’évêque – la suite

Après la réunion publique de ce soir 12 novembre, mise à jour du dossier environnemental et urbanistique « Bois l’évêque ».

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur


1. Sur le fond du dossier:
– on connaît désormais un peu plus précisément les détails du projet tel que proposé: une centaine de logements d’environ 100m2 l’unité + places de parkings en sous-sol.
– soit 7 blocs construits de minimum 3 à maximum jusqu’à 5 étages et circa 2500m2 bâtis au total.
– logements de 1 à 3 chambre, dans des bâtisses vendues et comme « écologiques » sans plus de précisions si ce n’est des toitures vertes…- une esthétique jusqu’à présent très « esquissée » (rien de précis = rien qui puisse froisser…).
– on en est à ce stade à l’étude d’incidence, c’est-à-dire à l’étape « 0 » de la procédure si l’on considère que la demande de permis d’urbanisme est l’étape 1… ce qui veut dire que le dossier est déjà parti pour durer (autant savoir).
– le propriétaire était déjà connu (Général Construction), nous connaissons désormais le bureau d’architecture: Quadra.
– la mobilisation sera potentiellement décisive, car le promoteur a deux (gros arguments) pour lui le plan de secteur en zone rouge (à bâtir) et le PCA/SOL qui prévoit l’urbanisation… le tir de barrage devra être nourri pour enterrer le projet!


2. sur la séance d’information elle-même:
– il ne faut pas en vouloir aux équipes de la Ville… mais ce fut un véritable fiasco à tous points de vue.
– la salle était d’abord BEAUCOUP trop exigüe. En effet, après Nalvaux, Ry Ponet ou Chartreuse, comment penser que la population laisserait faire sans aller s’enquérir… ça laisse rêveur. La salle de l’école Bensberg a une jauge de 100-150 personnes, or il y avait près de 400 riverains intéressés, sans compter les refoulés ou ceux qui sont revenus pour le 2e round annoncé à 20h.
– sur la tenue des débats en toute franchise on se serait cru à la foire au boudin de Quimperlot-les-deux-Crèpes: la sonorisation déjà insuffisante fonctionnait mal, il n’y avait aucune technique d’animation/participation prévue alors que même avec de grands groupes ça existe et ça peut fonctionner. Quand on repense à nos (jusqu’ici vaines) demandes au Collège, en séance du conseil communal, de passer de l’information à la participation notamment en formant les agents communaux (parce que ça ne s’improvise pas…) eh bien on mesure le chemin à parcourir.
Bref: indigne de Liège.
– c’est d’autant plus dommage que cette foule pleine d’énergie aurait très bien pu mettre celle-ci à profit de manière constructive.


3. sur l’aspect politique:
– c’est affreux mais ça souligne combien la Ville et la majorité sont en retard dans la définition de leurs priorités: que voulons nous construire, où le voulons nous, à quelles conditions… ça s’appelle un Schéma de Développement Communal, c’est nécessaire et c’est URGENT (cf notre récente Question Écrite sur le sujet)
– aujourd’hui en matière de logement nous restons soumis aux projets déposés: il y a les bons… et les autres, mais sans note d’orientation, sans trajectoire tracée nous avançons au gré du vent.
– trop longtemps ce fut table ouverte à tous projets en ce compris les moins ambitieux à Liège, et aujourd’hui il faut envoyer aux messages clairs: oui à Liège tout (ou presque) est faisable, mais non on ne fera plus n’importe quoi comme dans le temps, c’est fini!
– soulignons un aspect important: le schéma d’arrondissement évoque quand même la construction nécessaire de 15.000 logements sur Liège et commune limitrophes d’ici 2030. Il est donc à la fois crucial et urgent de bâtir… opportunément. Ceci nous ramène au SDC mentionné ci-dessus, mais ce n’est pas en construisant sans planification organisée qu’on s’en sortira.
– je pense que tous les groupes politiques étaient représentés et ce n’est pas anodin. Nous étions 3 élus Vert Ardent dans la salle: Caroline Saal, Véronique Willemart et moi-même + Jean-Philippe Comblin qui siège pour VA à la CCATM + des militants riverains, ça fait du monde et de quoi suivre utilement ce dossier! Nous avions déjà visité le site le 1er novembre…
– bon à savoir: ce terrain appartenait autrefois à la Ville de Liège, elle l’a revendu vers 1990… comme La Chartreuse et Bavière, de sinistre mémoire! C’est un mauvais dossier au long cours!

L’image contient peut-être : 4 personnes, dont Quentin le Bussy, personnes souriantes, gros plan


4. Du côté des citoyens:
– il faut pouvoir le dire: là c’est carton plein, c’est LA réussite de la soirée. Une foule nombreuse, socialement très variée, motivée essentiellement par l’environnement, la qualité de vie et la mobilité dans le quartier (ah que l’intervention sur la valeur sociale de la nature m’a enthousiasmée… on passait pour des fous en disant mot pour mots la même chose il y a 10 ou 15 ans).
– je pense que les cointois et activistes locaux comme Polygones préparent une riposte solide et sont déjà forts d’une mobilisation encore ce soir démontrée. Le « carré cointois » approche ou a déjà dépassé les 5000 signatures de sa pétition… et je sais que Occupons le Terrain est déjà en contact avec eux.
– les interventions citoyennes furent globalement de bonne facture: cheminements piétons et sentiers, mobilité automobile, arbres remarquables recensés, etc… quand on dit que les habitants d’un quartier sont les experts du quotidien c’est la réalité! Dommage pour l’insulte de fin de séance qui mit fin au débat, personne ne mérite ça si vous voulez mon avis.
– les mêmes causes provoquent les mêmes effets: il y a 20 ans un dossier comme celui-ci n’aurait intéressé que quelque activistes… aujourd’hui, comme à La Chartreuse, comme à Nalvaux, comme au Ry Ponet les locaux l’expriment sans ambages: ce genre de projets ils n’en veulent plus (et c’est heureux).
– l’idée de rachat du site est intéressante mais c’est un peu le miroir aux alouettes: le prix évoqué me semble très faible pour un terrain situé en pleine zone constructible, avec un PCA qui en prévoit l’urbanisation… Autant pour en faire un bien commun je peux y souscrire, autant la remise à la Ville me semble une mauvaise idée, cette dernière ayant déjà foiré le dossier une première fois il y a 30 ans.


5. En pratique, pour la suite:
– les documents sont désormais en ligne sur le site de la ville.
– les courriers de réclamation peuvent être envoyés jusqu’au 27/11/2019 à l’adresse mail enquete.urbanisme@liege.be en mentionnant bien le « Dossier 4860 » (c’est très important) + copie au promoteur Général Construction à l’adresse secretariat@gc.be. La voie postale est aussi possible : Département de l’urbanisme, La Batte 10, 4000 Liege + General Construction 44 rue de la station, 4032 Liège.
– on m’annonce dans l’oreillette une réunion de préparation ce jeudi 14/11 dans le quartier pour préparer un courrier-type, à suivre via le groupe Facebook qui y est consacré!

Bonus: réflexion sur le rôle des conseillers communaux…
Je ne voudrais pas jouer les esprits chagrins et je collaborerai avec toute personne de bonne volonté sur ce dossier, mais j’éprouve un vrai malaise dans le mélange des genres de certains élus. A mon sens notre job doit d’encourager le débat public, pluraliste et démocratique, quitte à prendre position si on le souhaite (c’est notre cas dans ce dossier chez Vert Ardent). Une autre chose est d’accaparer un combat à la place des locaux, or quand des citoyens m’écrivent pour me dire que 1. ils ne comprennent pas qu’un conseiller de la majorité fasse barnum contre le Collège et que 2. ils ne signeront pas une pétition politisée de cette manière (cf supra) eh bien je pense que c’est desservir la cause qu’on prétend défendre.
Il y avait déjà eu le même problème à l’époque au début du dossier du Ry Ponet. J’en fait pas un pataquès mais je préfère l’écrire noir sur blanc, au moins comme ça c’est clair.

L’image contient peut-être : arbre, plante, ciel, plein air et nature


Un site de Cédric Lemaire