Archives de la catégorie: Gestion durable

Chartreuse… once again.

Chers amis de la Chartreuse, des espaces verts, de Grivegnée, Robermont et Bressoux,
Pour le dire simplement: la motion que j’ai introduite au mois de mai à l’initiative de Un Air de Chartreuse ne passera pas ce soir au vote au conseil communal de Liège. Le report du vote intervenu en juin avait pour but de permettre l’examen de la demande de classement du Fort par la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles.
Espéré pour juillet, cet examen a finalement eu lieu… fin août. À temps pour passer à l’étape suivante (le passage chez le Ministre), trop tard pour prendre une attitude définitive.

lire la suite »

Place des Déportés et Rue Mère-Dieu, une petite réaction s’impose…

Je vous retranscris in extenso deux questions écrites transmises ce 10 octobre au Directeur Général, à destination du Collège. Deux sites et fonctionnalités très différentes, mais qui ont en commun leur triste état d’abandon.

PRIMO – La « rambarde » anciennement couverte de cuivre entre la place des déportés et le Quai St Léonard voit passer des milliers de piétons chaque semaine: passants, usagers des bus (deux arrêts pile en face) et badauds de la Batte. La situation se dégrade mais on ne peut pas faire ce que l’on veut (il s’agit d’une oeuvre d’art et non d’un simple aménagement), je propose donc qu’on consulte les architectes qui l’ont conçu pour en imaginer un futur « chic et pas cher »: Beguin, Massart et Baumans.

SECUNDO – La dalle située entre le Musée de la Vie Wallonne, la Cour des Mineurs et l’échevinat de la jeunesse, rue Mère-Dieu, avec accès par Hors Château est à l’abandon et insécurisée. Difficile de dire s’il y a un projet pour ce lieu, ou pas, alors que les opportunités et fonctions potentielles ne manquent pas (économie, tourisme, animation, culture), en lien avec les autres espaces adjacents (outre ceux déjà cités, la Place du marché, Neuvice, les Côteaux, la Place Tivoli sont tout proches…).

lire la suite »

Au #ccLiège de ce soir, on parlera cantines bio: signez la pétition!

Tout ceci n’est pas le fruit du hasard. Depuis 10 jours une pétition cosignée par cinq conseillers

Image (c) Reporterre

communaux liégeois, de cinq partis différents (de la majorité comme de l’opposition), circule pour mettre la pression sur l’échevin de l’Instruction Publique, Pierre Stassart, qui ne brille généralement pas sur les sujets de l’innovation et du progrès.

Vous la trouverez en cliquant sur cet hyper-lien.

lire la suite »

Taxe urbaine non-ménages illégale à Liège: contestez-la!

En janvier dernier les indépendants (tant à titre principal que complémentaire), commerçants, professions libérales/médicales et entreprises TUNM_ecoloont reçu leur avertissement-extrait de rôle de la « Taxe urbaine non-ménages« , censée représenter leur contribution notamment à la propreté des espaces publics (mais pas exclusivement). Ça m’a donné l’occasion d’interpeller deux fois: d’abord pour connaître les intentions de la Ville à propos de cette taxe injuste (elle frappe identiquement le gros comme le petit, pour faire très bref, plus de détails dans mon interpellation) puis le mois suivant sur les conséquences de la condamnation en appel (2e degré de juridiction, qui confirme le jugement d’instance), sur la réaction de la Ville.
Celle-ci pratique, dans les faits, une certaine forme de guérilla fiscale… alors qu’à l’occasion de ce jugement une « Paix des Braves » aurait pu être trouvée sans que personne ne doive se dédire.

Résumons-nous: les habitants de Liège paient une « taxe urbaine » de 140 € (ménages) ou 85 € (isolés) pour l’évacuation des immondices. Il est logique que les non-résidents contribuent aussi à la propreté de la Ville: c’est un principe logique et indiscutable. Ce qui pose problème, dans ce cas – et c’est ce qui est condamné par la justice – c’est qu’un dessinateur ou une modiste en activité complémentaire (qui ne créent quasiment pas de déchets) paieront le même montant qu’une grosse société qui produit une grande quantité de déchets (qu’elle évacue par ailleurs à ses propres frais et pas dans des sacs jaunes mais ce n’est pas le débat.
Ce n’est pas proportionné, ce n’est pas juste, ce n’est pas équitable: c’est illégal, tout simplement.

Entendons-nous bien: il s’agit d’un combat de justice fiscale, d’équité, pas de faire payer moins certains au détriment des autres. C’est aussi le parallèle d’un combat cher à Ecolo et qui vise à faire de Liège un vivier d’activité, une Ville qui soutient celles/ceux qui créent et s’engagent, dans tous les sens du terme: les artistes, les associations et donc aussi les entrepreneurs). C’est d’autant plus vrai si ce sont des emplois durables, non-délocalisables et c’est de cela qu’il s’agit pour des centaines de petites sociétés, de petits indépendants qui paient leur du et en s’évadent pas vers le Panama.

lire la suite »

Urbex à l’Institut Montéfiore, patrimoine en péril

DiptyqueNB

Mon souci du patrimoine au sens large et mon goût pour la Ville en particulier m’amènent souvent à lever le nez, regarder les vieilles pierres et imaginer leur vie passée, présente ou future, si je ne la connais pas; à vouloir les préserver ou leur rendre un rôle social, aussi…   J’ai découvert « Montéfiore » (pas celui des électriciens et électroniciens du Sart Tilman, mais bien l’Institut qu’ont fréquenté des générations durant leurs devanciers, futurs ingénieurs liégeois…) il y a une quinzaine d’années, en arpentant la Ville de Liège et surtout en y visitant des amis qui étudiaient à « Lambert Lombard », l’institut d’architecture public (enseignement officiel) qui faisait pendant à St Luc, avant que tous ne fusionnent avec l’ULg.

.

« Ne prendre rien d’autre que des images, ne laisser rien d’autre que des traces de pas »

 

MontefEscaQP

Je me suis rendu compte tout récemment que cet ensemble de bâtiments, bâtis  à la fin du XIXe siècle et classé au patrimoine wallon, se dégradait rapidement: inoccupation, déprédations et vols (vandalisme), squats peu respectueux et usure du temps, intempéries mettent l’édifice en péril, c’est pourquoi j’interroge ce lundi 28 septembre 2015 le Collège Communal de Liège sur le sujet (on verra pour la réponse, mais vous pouvez lire mon interpellation ici et les autres interpellation du jour ici). J’ai surtout eu l’occasion d’accompagner deux photographes liégeois en « Urbex », cette pratique photographique qui consiste à visiter des lieux abandonnées, vierges ou inexplorés pour en retirer des images rares et bien souvent hors du commun.

Cette pratique – Urban Exploration – et les photos qui en découlent respectent profondément le patrimoine, le valorisent et aident parfois à le sauver via des photos spectaculaires ou alarmantes, en les remettant au rang des prioritésC’est donc une démarche artistique complémentaire de mon approche « politique » qui consiste à interpeller les pouvoirs publics sur des bâtiments en déshérence et en danger, mais ce sont avant tout de très belles images dues à des artistes de talent, que vous pourrez trouver in extenso et en haute résolution ici (GALERIE FLICKR COMPLETE). Pour ma part je me contente d’illustrer le propos avec quelques images évocatrices, chargées de sens ou édifiantes même si elles sont dépourvues d’un quelconque intérêt esthétique.  lire la suite »

Des logiciels libres, de la Ville de Liège et des propositions d’Ecolo en la matière…

Je ne  chouine pas à chaque loupé des médias, mais se faire sucrer ses deux interventions et le vote du groupe dans un compte rendu journalistique d’un Conseil Communal (surtout quand c’est repris tel quel), eh bien ça fait réagir… Je suis intervenu hier à deux reprises sur la question des achats de logiciels et nous avons, pour mémoire, voté NON à ce propos.
Hier le point 58 du CC Liège était libellé comme suit:

MS

 

Il s’agissait donc, en substance, de savoir si la Ville poursuivait une dynamique l’amenant vers des logiciels libres déjà testés de-ci de-là ou rebasculait vers les logiciels propriétaires (ici: Microsoft). Je ne vous refais pas le récap des vertus du logiciel libre (format et standards ouverts normés, inter-opérable, effets de contagion…), d’autres l’ont fait hier et très bien. Je m’en tiendrai donc à ce qui n’a pas (ou pas complètement) été dit par d’autres. 

J’ai donc défendu 4 points, en substance:

lire la suite »

A Liège, pas de place pour Danton

 

« De l’audace,encore de l’audace, toujours de l’audace et la Patrie sera sauvée. »

J’avais renoncé à cet article concernant le casting du Collège communal liégeois , le fustigeant en vrac et sans arguments ad hominem. J’ai fini par y revenir au vu et au lu des réactions suite à l’échec de la candidature de Liège à l’Expo 2017. Je pouvais en garder le titre et y parler à double titre d’un mal bien liégeois même s’il n’est pas notre exclusivité: un certain manque d’ambition et une capacité d’auto-flagellation sans équivalent.

lire la suite »

Le logement durable: un incoutournable du programme

Habitat durable, éco-quartier, politique du logement… Voilà des termes qui reviennent souvent dans le discours d’écolo. Et avec raison: le bien-être des liégeois passe évidemment par un logement sain, économique et durable. Bénédicte Heindrichs a accepté de répondre à quelques questions traitant de cette thématique : il faut dire qu’elle en connaît un rayon dans la matière.

 

Finalement, un éco-quartier, concrètement, c’est quoi?

C’est un quartier construit sur base des principes du développement durable, dans lequel le choix des matériaux de construction permet de limiter la consommation énergétique; dans lequel le vivre ensemble et la dimension collective sont valorisés (qu’il s’agisse des espaces publics ou des équipements communautaires, par exemple), et où le transport en commun et la mobilité douce sont privilégiés à la voiture et au chacun pour soi.

lire la suite »

« Traditionnel », vraiment?

Ces derniers temps, dans les débats, dans les rencontres entre candidats, sur les murs physiques ou virtuels de cette campagne, j’entends et vois fleurir du « 4 partis traditionnels », comme si c’était l’évidence ou la perception générale… or telle n’est pas mon expérience, ni le retour que j’en ai des citoyens. C’est un vocabulaire bien connu des poujadistes, qui nourrit l’antipolitisme et le « tous les mêmes, tous pourris » et qui est repris ici très à la gauche et très à la droite de l’échiquier politique (dans un chœur quasi touchant qui ne manque pas d’interpeller, par ailleurs on se souviendra du dessin de Plantu qui fit rager Mélenchon).

Ecolo n’est pas un parti « traditionnel », en tout cas pas au sens où ceux qui utilisent cette formule absconse l’entendent.

lire la suite »

Les questions du 10ème candidat à …Julien Vandeburie, 38ème sur la liste

Bio XPress:  Né à Tournai en juin 1980/en amour à Liège /conseiller énergie & climat pour Ecolo, pour plus d’info. Passionné par son boulot mais aussi par le vin, le rugby et la géographie [NdQ: tchû, ça me parle =P]. Amoureux de sa compagne enseignante, heureux papa d’un garçon de 3 ans et d’une petite fille juste après la campagne. Je fais de la politique parce que je rêve d’un monde meilleur.

lire la suite »

Un site de Cédric Lemaire