Archives de la catégorie: Parentalité

Arbres abattus à La Boverie ou le scandale de la POLLUTION urbaine

Dès que l’information a commencé à circuler, photos à l’appui, ça a flambé sur les réseaux sociaux: la Ville de Liège a déclenché l’abattage de 11 peupliers du Canada dans le Parc de la Boverie, face au Quai Mativa sur la Dérivation, à quelques mètre du musée. Pour vous donner immédiatement mon sentiment: c’est un crève-coeur que ces coupes, mais ces arbres étaient fragilisés de plusieurs manières: âge avancé, champignons, et castors. Il y a déjà eu des coupes de ce genre: Boulevard Kleyer, Quai Marcellis… et il y en aura encore.
On ressent évidemment l’indignation de Marcel Otte dans Le Vif comme légitime et la communication fut à cet égard bien tardive, en réponse aux réactions citoyennes, plutôt qu’en allant au devant des citoyens. Dont acte.

Ce qui n’est pas dit dans le malgré tout fort bon reportage de la RTBF, c’est que les premières causes ne sont pas évoquées par l’échevin et le journaliste:

  1. la POLLUTION atmosphérique rend les arbres MALADES. C’est la même pollution qui fait tousser nos enfants et qui est responsable de plusieurs milliers de morts par an en Europe.
  2. le réchauffement climatique provoque un stress hydrique (manque d’eau) qui rend l’arbre cassant et dangereux, et qui a d’ailleurs provoqué partout dans Liège un jaunissement et une chute des feuilles plus tôt qu’à l’accoutumée.

Comment agir concrètement pour Liège:

  1. le plus important et le plus évident c’est de replanter systématiquement, comme ça sera le cas ici.
  2. par ailleurs de planter PLUS: c’est dans le programme de Vert Ardent, qui propose symboliquement un arbre par naissance sur le territoire de la Ville. Tout cela c’est fondamental pour la qualité de vie en Ville et pour la rafraîchir, surtout en été: on peut soit planter au sol soit en grands pots (cf Barcelone) lorsque ce n’est techniquement pas possible.
  3. ceci rappelle à tous et à chacun l’importance de transports en communs structurants pour Liège (bus, tram, REL ferrovaire), de proposer des alternatives à la voiture qui embouteillent et polluent Liège (transports en communs mais aussi parkings de délestage P+R) et de rendre la ville à la circulation douce: marche à pied et vélo.

    Les peupliers abattus. Photo mise à disposition avec courtoisie par Dominique « Goldo » Houcmant, tous droits réservés.

Au #ccLiège de ce soir, on parlera cantines bio: signez la pétition!

Tout ceci n’est pas le fruit du hasard. Depuis 10 jours une pétition cosignée par cinq conseillers

Image (c) Reporterre

communaux liégeois, de cinq partis différents (de la majorité comme de l’opposition), circule pour mettre la pression sur l’échevin de l’Instruction Publique, Pierre Stassart, qui ne brille généralement pas sur les sujets de l’innovation et du progrès.

Vous la trouverez en cliquant sur cet hyper-lien.

lire la suite »

On perd les soixante-huitards…

C’était une sensation de l’été 2015, c’est le constat de l’hiver 1997_earthling_cvr_fix_800sq2016: on perd les soixante-huitards. Je m’étais fait cette réflexion quand au seuil de l’été est décédé mon parrain – je vous parlerai de Mike plus loin – comme m’avait marqué le décès inopiné de mon oncle début 2010, à 63 ans. Aujourd’hui c’est Bowie et Lemmy, hier Joe Cocker, avant-hier Lou Reed. Ne reste plus guère que Iggy Pop, ou Renaud, ou Julien Clerc dans d’autres répertoires; et quand ils partiront nous serons un peu, beaucoup, orphelins.

lire la suite »

Le parfum de l’enfant qui dort

Lapuss

Dessin de LAPUSS

« Ça » fait une semaine et « ça » ne passe pas. Réaction purement intellectuelle ou buikgevoel, la distance qui me sauve souvent, les émotions qui m’étreignent parfois à l’intérieur ne m’aident pas, et reste le poids. Surinformés – cette fois avec une once de pudeur -, surconseillés, surmotivés à ne pas nous laisser faire, le quotidien submerge et emporte tout, sauf la mémoire des innocents défunts, le malheur des blessés, la souffrance de ceux qui restent et la damnation des kamikazes, des criminels.

Une semaine après, qu’écrire, pourquoi écrire? Parce que ça vaut mieux que bien d’autres catharsis, énervements ou épisodes alcoolémiques virulents de révolte. Je n’ai même pas l’énergie pour ça, plus le rebond à vrai dire, et le « fêtant » d’antan, celui qui s’attrape en pleine semaine et vous fait prolonger outrageusement une soirée sinon bénigne, à la rigueur quelconque, ne vient pas. Ça ne vient pas et l’appel de la terrasse, des amis, du « refaire le monde » salvateur n’épouse pas le karma actuel du grand bavard que je suis aux heures indues.

lire la suite »

Son nom était Cédomie

aylan-par-chaunuÇa fait un moment que je l’ai sur le cœur cet article, les heures sont rares et la vie va, mais depuis dimanche matin je sais que je dois écrire ça quelque part. A l’heure du réveil des filles et des Lapins Crétins sur France 3, Aylan a surgi dans sa vie à elle, la vie de ma Judith-6-ans-première-rentrée-scolaire-en-primaire… Que répondre à une image furtive (parce que nous avons tenté de l’esquiver malgré la stupeur), a des questions simples d’enfant pas bête? « Il devait avoir très difficile pour respirer le petit garçon… », « ou alors peut-être qu’il jouait dans l’eau comme nous à la mer », car le mer est unique, de La Panne aux rivages d’Asie Mineure. Passé le choc et les atermoiements stupéfaits, les réponses évasives et le train-train du petit-déjeuner vinrent nous sauver, mais ne nous épargna ni nos mines graves ni nos regards échangés de parents aux abois.

lire la suite »

Discussion au (dé)tour d’un oeuf à la coque…

Boiled Egg and Toast« Savoir écouter est une leçon de la parentalité ». Je pourrais pérorer sur ceci, mais ce n’est pas le sujet du jour, puisque je souhaite vous parler du droit à la différence ET à l’indifférence!
lire la suite »

Mauvaise copine

Ce soir c’était le coup de trop, celui qui fait qu’on s’arrête et qu’on se décide.

Back from school, back from crèche, un mélange de sourires et de fatigue pour les filles, de fourbure et d’emmerdes au GSM pour moi en plus des tracas habituels du travailleur qui travaille voire entreprend (j’y reviendrai). Quelques « zimés » avec Nickelodéon Junior pour Judith (no pub), un peu de Twitter pour moi, une photo booth avec ma geekette de Lorraine dans le porte-bébé et puis un lancement de début de soirée classique: préparer un souper puis les bains (ou inversément).

lire la suite »

Un site de Cédric Lemaire